Amitié au feminin

Informations et discutions en toute amitié
 
AccueilPortailCalendrierS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Samaritaine et le don de l'eau vive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Monia
Admin
Admin
avatar

Messages : 1966
Merci : 7839
Date d'inscription : 15/12/2008
Age : 55
mes loisirs : bricolage
Je suis assmat ou parents : Assistante maternelle

02042014
MessageLa Samaritaine et le don de l'eau vive



1ère lecture, Ex 17, 3-7
Les Fils d’Israël campaient dans le désert à Rephidim, et le peuple avait soif. Ils récriminèrent contre Moïse : « Pourquoi nous as-tu fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir de soif avec nos fils et nos troupeaux ? » Moïse cria vers le Seigneur : « Que vais-je faire de ce peuple ? Encore un peu et ils me lapideront ! » Le Seigneur dit à Moïse : « Passe devant eux, emmène avec toi plusieurs des anciens d’Israël, prends le bâton avec lequel tu as frappé le Nil et va ! Moi, je serai là, devant toi, sur le rocher du mont Horeb. Tu frapperas le rocher, il en sortira de l’eau et le peuple boira ! » Et Moïse fit ainsi sous les yeux des anciens d’Israël. Il donna à ce lieu le nom de Massa (c’est-à-dire : Défi) et Mériba (c’est-à-dire : Accusation), parce que les fils d’Israël avaient accusé le Seigneur et parce qu’ils l’avaient mis au défi, en disant : « Le Seigneur est-il vraiment au milieu de nous ou bien n’y est-il pas ? »

Psaume, Ps 94 (95), 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9
Venez, crions de joie pour le Seigneur, acclamons notre Rocher, notre salut ! Allons jusqu’à lui en rendant grâce, par nos hymnes de fête acclamons-le ! Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous, adorons le Seigneur qui nous a faits. Oui, il est notre Dieu ; nous sommes le peuple qu’il conduit. Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ? « Ne fermez pas votre cœur comme au désert, où vos pères m’ont tenté et provoqué, et pourtant ils avaient vu mon exploit.

2ème lecture, Rm 5, 1-2.5-8
Frères, Dieu a donc fait de nous des justes par la foi ; nous sommes ainsi en paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus Christ, qui nous a donné, par la foi, l’accès au monde de la grâce dans lequel nous sommes établis ; et notre orgueil à nous, c’est d’espérer avoir part à la gloire de Dieu. Et l’espérance ne trompe pas, puisque l’amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui nous a été donné. Alors que nous n’étions encore capables de rien, le Christ, au temps fixé par Dieu, est mort pour les coupables que nous étions. Accepter de mourir pour un homme juste, c’est déjà difficile ; peut-être donnerait-on sa vie pour un homme de bien. Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous alors que nous étions encore pécheurs.

Evangile selon St Jean, chapitre 4, 5-42
Jésus arrivait à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph, et où se trouve le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était assis là, au bord du puits. Il était environ midi.
Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau.
Jésus lui dit : « Donne-moi à boire. »
(En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter de quoi manger.)
La Samaritaine lui dit : « Comment ! Toi qui es Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ? » (En effet, les Juifs ne veulent rien avoir en commun avec les Samaritains.)
Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu, si tu connaissais celui qui te dit : ’Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive. »
Elle lui dit : « Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ; avec quoi prendrais-tu l’eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ? »
Jésus lui répondit : « Tout homme qui boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle. »
La femme lui dit : « Seigneur, donne-la-moi, cette eau : que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser. »
Jésus lui dit : « Va, appelle ton mari, et reviens. »
La femme répliqua : « Je n’ai pas de mari. » Jésus reprit : « Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari, car tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari : là, tu dis vrai. »
La femme lui dit : « Seigneur, je le vois, tu es un prophète. Alors, explique-moi : nos pères ont adoré Dieu sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut l’adorer est à Jérusalem. »
Jésus lui dit : « Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père.
Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous adorons, nous, celui que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.
Mais l’heure vient ? et c’est maintenant ? où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père.
Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer. »
La femme lui dit : « Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses. »
Jésus lui dit : « Moi qui te parle, je le suis. »

Prières
Prière d'introduction
Seigneur Jésus, je veux te parler. Je te consacre ce moment de prière, le meilleur de ma journée. J’aimerais bien sentir ta présence et écouter ta voix, mais si tu veux me laisser dans l’obscurité de la foi pour faire grandir mon désir du ciel, j’accepte humblement ta volonté.

Demande
Seigneur, comble-moi de ton amour !

Points de réflexion
1. La Samaritaine présente beaucoup de points communs avec les gens que l’on croise dans la rue en ce début d’année 2014. Comme les milliers de personnes qui prennent leur voiture tous les matins pour aller au travail, elle suivait sa routine habituelle, elle prenait chaque jour la route du puits pour chercher de l’eau. Comme eux, ses idéaux étaient superficiels : vivre confortablement jour après jour, sans prendre de décisions irrévocables, qui seraient trop compliquées à tenir. Elle avait eu cinq maris et l’homme avec lequel elle vivait maintenant n’était pas son mari. Comme eux, enfin, elle avait de la religion une opinion très limitée : elle la considérait comme une activité folklorique, un ensemble de gestes hérités des ancêtres. Pour elle, le point central de la religion était le conflit sur l’endroit où il fallait adorer : le Mont Garizim ou Jérusalem. Si on rabaisse le culte de Dieu à un tel point, la religion devient un passe-temps parmi d’autres, peut-être même plus ridicule que les autres.
Devant ce portrait, chacun de nous doit se demander : suis-je comme la Samaritaine ? Est-ce que ma foi n’est qu’une suite de gestes extérieurs, sans profondeur intérieure ? Dans ce cas, j’ai besoin de rencontrer le Christ. Et c’est justement l’expérience que va faire la Samaritaine.

2. Le Christ était en route vers la Galilée. Il n’avait pas forcément prévu de s’arrêter à Sykar, mais la fatigue s’était emparée de lui et il a décidé de se reposer quelques instants au bord du puits de Jacob. C’est là qu’est arrivé un deuxième événement imprévu : une femme est survenue pour puiser de l’eau. Cette rencontre était donc une simple coïncidence, et Jésus aurait pu se contenter d’ignorer cette femme, qu’il n’avait jamais vue. Mais le cœur du Christ est enflammé d’amour pour tous les hommes. Même cette Samaritaine rencontrée par hasard doit bénéficier de la vie éternelle. C’est pourquoi il commence tout doucement la conversation. Et petit à petit, au fur et à mesure qu’ils parlent, la femme se rend compte que cet homme n’est pas seulement un juif pieux, pas seulement un Rabbi savant, pas seulement un Messie libérateur, mais le fils de Dieu venu pour nous donner la vie éternelle. Elle est tellement bouleversée, qu’elle oublie là sa cruche et part en courant raconter sa rencontre à tout le village.
Comme le Christ, nous rencontrons souvent des personnes qui attendent la grâce de la conversion. Encore faut-il avoir le courage de leur adresser la parole ! Demandons au Seigneur le don de la force pour être ses apôtres audacieux.

Dialogue avec le Christ
Seigneur Jésus, depuis mon baptême, tu me fais participer à ta mission de sauver les hommes. Inspire-moi courage et enthousiasme pour devenir ami de tous ceux que je rencontre, et pour les rapprocher de toi !

Résolution
Parler à un membre de ma famille ou à un ami, éloigné de Dieu, pour l’inviter à prier avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://mespassionsetmesamie.forumactif.com

 Sujets similaires

-
» une ile anglo-normande de plus
» DEPOUILLEMENT 19 novembre
» Vive Manu Chao
» vive la littérature équitable !!
» Vive la Normandie
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

La Samaritaine et le don de l'eau vive :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

La Samaritaine et le don de l'eau vive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amitié au feminin :: Divers :: Méditation catholique quotidienne-
Sauter vers: