Amitié au feminin

Informations et discutions en toute amitié


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le jeûne que le Seigneur préfère

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Monia

avatar
Admin
Admin


1ère lecture, Is 58, 1-9a
Parole du Seigneur. Crie à pleine gorge ! Ne te retiens pas ! Que ta voix résonne comme le cor ! Dénonce à mon peuple ses fautes, à la maison de Jacob ses péchés. Ils viennent me consulter jour après jour, ils veulent connaître mes chemins. Comme une nation qui pratiquerait la justice et n'abandonnerait pas la loi de son Dieu, ils me demandent de leur faire justice, ils voudraient que Dieu se rapproche. « Pourquoi jeûner si tu ne le vois pas ? pourquoi nous mortifier si tu l'ignores ? » Oui, mais le jour où vous jeûnez, vous savez bien trouver votre intérêt, et vous traitez durement ceux qui peinent pour vous. Votre jeûne se passe en disputes et querelles, en coups de poings sauvages. Ce n'est pas en jeûnant comme vous le faites aujourd'hui que vous ferez entendre là-haut votre voix. Est-ce là le jeûne qui me plaît ? Est-ce là votre jour de pénitence ? Courber la tête comme un roseau, coucher sur le sac et la cendre, appelles-tu cela un jeûne, un jour bien accueilli par le Seigneur ? Quel est donc le jeûne qui me plaît ? N'est-ce pas faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? N'est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, recueillir chez toi le malheureux sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l'aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur t'accompagnera. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. »

Psaume, Ps 50 (51), 3-4, 5-6ab, 18-19
Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour, selon ta grande miséricorde, efface mon péché. Lave-moi tout entier de ma faute, purifie-moi de mon offense. Oui, je connais mon péché, ma faute est toujours devant moi. Contre toi, et toi seul, j'ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait. Si j'offre un sacrifice, tu n'en veux pas, tu n'acceptes pas d'holocauste. Le sacrifice qui plaît à Dieu, c'est un esprit brisé ; tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un coeur brisé et broyé.

Evangile selon St Matthieu, chapitre 9, 14-15
Les disciples de Jean Baptiste s’approchent de Jésus en disant : « Pourquoi tes disciples ne jeûnent-ils pas, alors que nous et les pharisiens nous jeûnons ? »
Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais un temps viendra où l’Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront. »

Prières
Prière d'introduction
Sainte Trinité, tu nous donnes la richesse infinie de ta vie divine, viens animer cette vie en moi au cours de cette prière, au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.

Demande
Marie, en ce temps de Carême, apprends-moi à écouter la parole de ton Fils, son invitation à une conversion profonde du cœur.

Points de réflexion
1. Par les prophètes, Dieu conduit son peuple graduellement à la compréhension du culte véritable, du culte « rationnel », du culte agréable à Dieu. La première lecture en est l’exemple : « Est-ce là le jeûne qui me plaît, le jour où l’homme se mortifie ? N’est-ce pas plutôt ceci, le jeûne que je préfère : défaire les chaînes injustes, délier les liens du joug ; renvoyer libres les opprimés, et briser tous les jougs ? N’est-ce pas partager ton pain avec l’affamé, héberger chez toi les pauvres sans abri, si tu vois un homme nu, le vêtir, ne pas te dérober devant celui qui est ta propre chair ? » (Is 58, 5-7). La question des disciples de Jean est légitime, mais Jésus nous révèle une nouvelle étape de l’histoire du salut dans laquelle tous nos jeûnes et sacrifices sont placés et ont une valeur en référence à l’unique et parfait sacrifice du Fils de Dieu.

2. Le culte chrétien est célébré par Jésus, en lui et avec lui. Le sacrifice agréable en Jésus n’est plus l’accomplissement seulement extérieur d’un rituel : le rituel n’est pas exclu, mais il doit être l’expression d’une identification de cœur et de sentiments avec le Fils qui s’offre au Père par la puissance de l’Esprit. Sa joie doit donc devenir notre joie et sa tristesse nous attrister. Ce temps de Carême est un temps de grâce pour demander au Seigneur la conversion, la transformation pleine de notre vie en Jésus. Le cœur du chrétien doit battre à l’unisson avec celui de l’Époux. Le Seigneur nous invite à nous identifier avec Jésus souffrant, qui offre sa vie volontairement pour tous les hommes. L’auteur de l’Évangile de saint Matthieu a connu la douleur et la tristesse des disciples au moment de la trahison et de l’enlèvement du Seigneur. Dans quelques semaines nous serons aussi témoins des mystères de douleur auxquels Dieu s’est soumis par amour. Mais à la différence des apôtres, nous connaissons déjà la conclusion de cette offrande : le Père a ressuscité l’Époux et il est toujours parmi nous. Il n’y a pas de Résurrection sans mort véritable et la mort sans la Résurrection c’est un non-sens. Que Jésus nous apprenne à vivre en nous ses mystères.

3. Le mystère pascal est la manifestation suprême de la miséricorde de Dieu. Saint Paul nous dit : « La preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ, alors que nous étions encore pécheurs, est mort pour nous » (Rm 5, Cool. Le premier grand sacrifice que nous avons à offrir à Dieu est la conscience de notre péché, de notre condition d’hommes pécheurs. Comme il est difficile de faire cela ! « Le sacrifice à Dieu, c’est un esprit brisé ; d’un cœur brisé, broyé, Dieu, tu n’as point de mépris » (Ps 51, 19). Alors, nous serons prêts à accueillir tout le fruit de la rédemption et à « témoigner du message évangélique à tous ceux qui sont dans la misère matérielle, morale et spirituelle ; message qui se résume dans l’annonce de l’amour du Père miséricordieux, prêt à embrasser toute personne, dans le Christ. Nous ne pourrons le faire que dans la mesure où nous serons conformés au Christ, lui qui s’est fait pauvre et qui nous a enrichi par sa pauvreté » (Message du Pape François pour le Carême 2014).

Dialogue avec le Christ
Seigneur, donne-moi cette intelligence intérieure et amoureuse de tes mystères qui a changé la vie de tant de saints et saintes. Que toute ma vie, mes œuvres, mes pensées soient un culte agréable devant toi. Que le jeûne et le sacrifice soient une manière de m’identifier avec ta souffrance et celle de tant de mes frères. Qu’ils ne soient pas simplement un acte extérieur, mais l’expression profonde de ce désir que j’ai d’être en communion avec toi, époux de mon âme. Je te contemple aujourd’hui caché derrière l’hostie, dans le visage de mes frères, dans ma famille. Accorde-moi la grâce de te contempler un jour face à face.

Résolution
Faire une œuvre de miséricorde corporelle pour un de mes frères.

http://mespassionsetmesamie.forumactif.com
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum