Amitié au feminin

Informations et discutions en toute amitié


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Jésus commence son ministère par la Galilée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Monia

avatar
Admin
Admin


1ère lecture, Is 8, 23b ; 9, 1-3
Dans les temps anciens, le Seigneur a couvert de honte le pays de Zabulon et le pays de Nephtali ; mais ensuite, il a couvert de gloire la route de la mer, le pays au-delà du Jourdain, et la Galilée, carrefour des païens. Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; sur ceux qui habitaient le pays de l'ombre, une lumière a resplendi. Tu as prodigué l'allégresse, tu as fait grandir la joie : ils se réjouissent devant toi comme on se réjouit en faisant la moisson, comme on exulte en partageant les dépouilles des vaincus. Car le joug qui pesait sur eux, le bâton qui meurtrissait leurs épaules, le fouet du chef de corvée, tu les as brisés comme au jour de la victoire sur Madiane.

Psaume, Ps 26 (27), 1, 4abcd, 13-14
Le Seigneur est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ? J'ai demandé une chose au Seigneur, la seule que je cherche : habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie. J'en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. »

2ème lecture, 1 Co 1, 10-13.17
Frères, je vous exhorte au nom de notre Seigneur Jésus Christ à être tous vraiment d'accord ; qu'il n'y ait pas de division entre vous, soyez en parfaite harmonie de pensées et de sentiments. J'ai entendu parler de vous, mes frères, par les gens de chez Cloé : on dit qu'il y a des disputes entre vous. Je m'explique. Chacun de vous prend parti en disant : « Moi, j'appartiens à Paul », ou bien : « J'appartiens à Apollos », ou bien : « J'appartiens à Pierre », ou bien : « J'appartiens au Christ ». Le Christ est-il donc divisé ? Est-ce donc Paul qui a été crucifié pour vous ? Est-ce au nom de Paul que vous avez été baptisés ? D'ailleurs, le Christ ne m'a pas envoyé pour baptiser, mais pour annoncer l'Évangile, et sans avoir recours à la sagesse du langage humain, ce qui viderait de son sens la croix du Christ.

Evangile selon St Matthieu, chapitre 4, 12-23
Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean Baptiste, il se retira en Galilée. Il quitta Nazareth et vint habiter à Capharnaüm, ville située au bord du lac, dans les territoires de Zabulon et de Nephtali. Ainsi s’accomplit ce que le Seigneur avait dit par le prophète Isaïe :
Pays de Zabulon et pays de Nephtali,
route de la mer et pays au-delà du Jourdain,
Galilée, toi le carrefour des païens :
le peuple qui habitait dans les ténèbres
a vu se lever une grande lumière.
Sur ceux qui habitaient
dans le pays de l’ombre et de la mort,
une lumière s’est levée.
À partir de ce moment, Jésus se mit à proclamer : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche. »
Comme il marchait au bord du lac de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans le lac : c’étaient des pêcheurs.
Jésus leur dit : « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »
Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.
Plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans leur barque avec leur père, en train de préparer leurs filets. Il les appela.
Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

Prières
Prière d'introduction
Nous te saluons à l’aube de ton règne au cœur de notre histoire ; nous te bénissons, toi, notre lumière, nous te glorifions, toi, le roi de nos vies. Ta parole qui a tout créé, tu es la réponse à tout désarroi, toute obscurité, toute confusion qui sévit encore dans le monde et dans nos âmes. Tu envoies ton souffle et tout est recréé ; tu fais toute chose nouvelle et tu restaures la face de la terre. Nous te bénissons et nous t’adorons, parce que tu as racheté le monde par l’obéissance du Christ, expression d’un amour sans limite et de la vie qui a raison sur la mort.

Demande
Seigneur Jésus, tourne ton regard vers moi, donne-moi d'être un bon élève à l'école de l'Évangile et transforme mon cœur afin qu’il soit semblable au tien.

Points de réflexion
1. Jésus, lumière des nations païennes. Jésus quitte la périphérie du village perdu de Nazareth, situé au milieu des collines de Galilée, pour s’établir dans le centre urbain de Capharnaüm, au bord du lac de Génésareth, qui sert de « carrefour » aux nations, c’est-à-dire un nœud d’échanges commerciaux et de brassage culturel. Il vient habiter au milieu des hommes pour avoir part à leur vie ordinaire. De la même manière, Jésus veut être présent dans notre vie : il vient à notre rencontre, là où nous sommes, avant même que nous ayons eu le réflexe de venir vers lui. L’amour de Dieu, qui veut nous réconcilier avec lui, est prévenant. Nul ne pourrait accéder à Dieu, si lui ne se mettait pas à notre portée. Tout en se fondant dans la masse des humains, Jésus sort du commun : il n’est pas comme les autres. Il rayonne d’une autre lumière, là où l’obscurité d’un monde éloigné de Dieu pèse comme un voile de deuil sur les vies des habitants et où les flammes de l’espérance sont éteintes, étouffées ; la vie a perdu sa saveur surnaturelle et la richesse de la vocation individuelle s’est estompée. Le chrétien, appelé à être lumière du monde, ne peut pas se contenter d’être « comme les autres » : en tant qu’enfant de Dieu, il est unique ; en effet, c’est Dieu qui donne l’identité filiale et le sens de la vie, que ni la société, ni les parents, ni l’homme lui-même, dans ses croyances ou ses idéaux, ne pourront donner. Cette identité filiale est à chercher en Dieu et à accueillir dans la foi au Fils par le don de l’Esprit.

2. Jésus appelle ses disciples En rentrant dans notre vie, Jésus ne reste pas cantonné dans un espace réservé, étranger à la vie réelle et aux soucis quotidiens. Notre foi ne doit pas se laisser enfermer dans l’église que l’on fréquente une heure par semaine ou les quelques minutes de prière quotidienne, comme si Jésus n’avait rien à voir avec nous le reste du temps. Il veut être « compagnon » de toute notre existence, remplir notre vie comme l’air remplit tout l’espace, afin que l’on puisse respirer. En appelant ses disciples à le suivre, Jésus ne se contente pas d’établir un lien institutionnel, impersonnel, comme c’est le cas entre les hommes qui ne sont pas du même sang, de la même famille. Ainsi, notre lien avec l’Eglise et avec ses pasteurs n’a pas à ressembler à un contrat avec un « fournisseur de prestations » (préparation et célébration de certains sacrements), dont les clauses définissent les engagements et ouvrent des droits. Jésus invite ses disciples à un rapport d’amitié ; l’amitié est le biais par lequel il veut restaurer la vie ? des hommes en communion avec Dieu. Elle se base sur l’ouverture de cœur, sur la fidélité, sur l’amour. Or, l’amour est créateur, veut le bien de l’autre et « fait vivre » l’un dans l’autre ; il explose les limites d’espace et de temps et conduit à une confiance inconditionnelle, à l’investissement personnel et au don généreux à l’autre.

3. Jésus appelle à avoir part à sa mission Suivre Jésus dans sa vie quotidienne et rentrer dans la dynamique de son amitié ouvre au croyant un vaste horizon d’engagement possible : s’engager avec Jésus ne dépend pas d’une action précise et concrète, comme des actes rituels pour s’auto-justifier ou des œuvres de charité pour se donner bonne conscience ; même si on ne peut pas s’en passer, l’amour du Christ pousse le disciple à un éventail de bonnes actions qui reflètent, par analogie, l’amour inépuisable du Père : enseigner la Parole de Dieu, annoncer la Bonne Nouvelle qui vient de Dieu, guérir les blessures de cœur causées par la haine, l’égoïsme, l’orgueil qui viennent de nous et témoigner du royaume de Dieu qui porte son fruit en nous. Le premier commandement - aimer Dieu de tout son cœur, de toute son âme, de tout son esprit et de toute sa force - et le deuxième - aimer son prochain comme soi-même - qui paraissent être au départ des exercices d’amour sur trois fronts, s’unifient en Jésus : à la fois Dieu et homme, l’amour pour Jésus concerne Dieu le Père et tout ce qu’il aime, tout le genre humain dont je fais partie. L’amour de Jésus est à la fois promoteur et perfectionnement de tout acte de charité et de piété ; l’amour de Jésus engendre la crainte révérencielle de Dieu et augmente l’estime du frère. Il rend la relation avec Dieu réelle et l’œuvre de miséricorde féconde, pour le prochain et pour soi-même. La charité de mon pauvre petit cœur est élevée au niveau de l’amour divin qui rayonne dans le monde et amène son royaume. Prions, afin d’en être un instrument et de ne pas être trop « obstacle » à l’action de Dieu.

Dialogue avec le Christ
Merci, Seigneur Jésus, de m'avoir invité à avoir part à ta mission, en vertu de mon baptême, par analogie et à la suite de l'appel que tu adressas à tes apôtres. Augmente en moi la foi, l'espérance et l'amour, afin que je rentre dans la dynamique de ton royaume et que s'établisse un grand réseau de croyants en ce monde, qu'il se convertisse et retrouve la paix et l'harmonie que tu veux rétablir en nous.

Résolution
En cette eucharistie dominicale, je promets à Jésus de dire et accomplir plein de bonnes choses pour renforcer les liens d'unité et de charité dans ma paroisse ou mon diocèse.

http://mespassionsetmesamie.forumactif.com
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum