Amitié au feminin

Informations et discutions en toute amitié


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Le choix des douze

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

Monia

avatar
Admin
Admin



1ère lecture, 1 S 24, 3-21
David avait été obligé de fuir devant Saül. Saül prit trois mille hommes, choisis dans tout Israël, et partit à la poursuite de David et de ses gens le long du Rocher des Bouquetins. Il arriva aux parcs à brebis qui sont en bordure de la route ; il y a là une caverne, où Saül entra pour se soulager. Or, David et ses hommes se trouvaient au fond de la caverne ; les hommes de David lui dirent : « C'est le moment, car le Seigneur t'a dit : 'Je livrerai ton ennemi entre tes mains, tu en feras ce que tu voudras.' » David vint couper furtivement le pan du manteau de Saül. Alors le coeur lui battit d'avoir coupé le pan du manteau de Saül. Il dit à ses hommes : « Que le Seigneur me préserve de faire une chose pareille à mon seigneur, au roi consacré, qu'il me préserve de porter la main sur lui, qui a été consacré par l'onction du Seigneur. » Et David interdit sévèrement à ses hommes de se jeter sur Saül. Celui-ci quitta la caverne et continua sa route. David se leva, sortit de la caverne, et lui cria : « Mon seigneur le roi ! » Saül regarda derrière lui. David s'inclina jusqu'à terre et se prosterna, puis il lui cria : « Pourquoi écoutes-tu les gens qui te disent : 'David te veut du mal' ? Aujourd'hui même, tes yeux ont vu comment le Seigneur t'avait livré entre mes mains dans la caverne ; pourtant, j'ai refusé de te tuer, je t'ai épargné et j'ai dit : 'Je ne porterai pas la main sur mon seigneur le roi, qui a été consacré par l'onction du Seigneur.' Regarde, père, regarde donc : voici dans ma main le pan de ton manteau. Puisque j'ai pu le couper, et que pourtant je ne t'ai pas tué, reconnais qu'il n'y a en moi ni méchanceté ni révolte. « Je n'ai pas commis de crime contre toi, alors que toi, tu dresses des pièges pour m'enlever la vie. C'est le Seigneur qui sera juge entre toi et moi, c'est le Seigneur qui me vengera de toi, mais ma main ne te touchera pas ! Comme dit le vieux proverbe : 'La méchanceté sort des méchants.' C'est pourquoi ma main ne te touchera pas. Après qui donc le roi d'Israël s'est-il mis en campagne ? Après qui cours-tu donc ? Après un chien crevé, après une misérable puce ! Que le Seigneur soit notre arbitre, qu'il juge entre toi et moi, qu'il examine et défende ma cause, et qu'il me rende justice, en me délivrant de ta main. » Lorsque David eut fini de parler, Saül s'écria : « Est-ce bien toi que j'entends, mon fils David ? » et Saül se mit à crier et à pleurer. Puis il dit à David : « C'est toi qui es juste, et pas moi : car toi, tu m'as fait du bien, et moi, je t'ai fait du mal. Aujourd'hui tu as montré toute ta bonté envers moi : le Seigneur m'avait livré entre tes mains, et tu ne m'as pas tué ! Quand un homme surprend son ennemi, va-t-il le laisser partir tranquillement ? Que le Seigneur te récompense pour le bien que tu m'as fait aujourd'hui. Je sais maintenant que tu régneras certainement, et que tu auras bien en main la royauté d'Israël. »

Psaume, Ps 56 (57), 2-4ac.6.11
Pitié, mon Dieu, pitié pour moi ! En toi je cherche refuge, un refuge à l'ombre de tes ailes, aussi longtemps que dure le malheur. Je crie vers Dieu, le Très-Haut, vers Dieu qui fera tout pour moi. Du ciel, qu'il m'envoie le salut : Qu'il envoie son amour et sa vérité ! Dieu, lève-toi sur les cieux : que ta gloire domine la terre ! Ton amour est plus grand que les cieux, ta vérité, plus haute que les nues.

Evangile selon St Marc, chapitre 3, 13-19
Jésus gravit la montagne, et il appela ceux qu’il voulait. Ils vinrent auprès de lui, et il en institua douze pour qu’ils soient avec lui, et pour les envoyer prêcher avec le pouvoir de chasser les esprits mauvais.
Donc, il institua les Douze :
Pierre (c’est le nom qu’il donna à Simon),
Jacques, fils de Zébédée, et Jean, le frère de Jacques
(il leur donna le nom de « Boanerguès », c’est-à-dire : « Fils du tonnerre »),
André, Philippe, Barthélemy, Matthieu,
Thomas, Jacques fils d’Alphée,
Thaddée, Simon le Zélote,
et Judas Iscariote, celui-là même qui le livra.

Prières
Prière d'introduction
Aujourd’hui encore plus qu’hier peut-être, le monde contemporain a besoin de redécouvrir le plan divin qui veut que tous les hommes se reconnaissent comme fils de Dieu et frères en Jésus-Christ. Seigneur, que notre cœur s’ouvre et se remplisse de toi malgré l’agitation assourdissante dans laquelle nous vivons.

Demande
Seigneur, que ce choix des apôtres me permette de comprendre que tu n’attends pas que nous soyons parfaits pour nous demander notre collaboration pour évangéliser.

Points de réflexion
1. Jésus gravit la montagne. Toute la journée au bord du lac, Jésus a guéri, soulagé, réconforté tous ceux qui venaient vers lui mais, le soir venu, il veut poser les bases de ce qui sera son Eglise pour la suite des temps. Il a besoin de sortir de l’agitation de la journée. Il gravit la montagne pour trouver le silence et le calme pour être en communion vraie et profonde avec son Père et accomplir sa volonté. C’est un moment capital : il va choisir les ouvriers qu’il enverra à la moisson. Il doit les choisir parmi ceux qui le suivent depuis plusieurs mois et qu’il connaît « chacun par son nom ». Ce soir, ils sont là et l’ont suivi sur la montagne comme ils le faisaient habituellement, simplement pour être avec lui. Aucun n’a cherché ni revendiqué quoi que ce soit : le choix de Jésus sera un choix inattendu, intime et personnel. Jésus choisira des hommes simples et ordinaires pour être avec eux, les former et les envoyer prêcher. Il leur confiera ses pouvoirs de pardonner les péchés et d’expulser les esprits mauvais, pour qu’eux-mêmes les transmettre à leurs successeurs, grâce à l’Esprit Saint qu’il leur enverra. C’est le Christ qui appelle, ce n’est pas eux qui l’ont choisi mais c’est lui qui les a choisis.

2. Il en institua douze pour être ses compagnons et pour les envoyer prêcher : c’est un moment historique qui s’insère dans la suite de tout le passé du Peuple de Dieu. Ils sont douze, comme les Tribus d’Israël, mais le choix de chacun correspond aussi à l’investiture des prêtres : l’envoi en mission sera un ministère sacerdotal. Les douze appelés sont tous différents avec un tempérament fort : Pierre et André, son frère, sont des pêcheurs. Lorsque Jésus les a vus sur le rivage, la première fois, ils ont quitté leur barque et l’ont suivi. Jacques et Jean, fils de Zébédée, avec la même disponibilité, l’ont suivi sans attendre. Philippe, Barthélémy ? Nathanaël - sont des amis fidèles ouverts aux autres. Matthieu, le collecteur d’impôts, dont la conversion nous est connue. Thomas, « qui ne croit que ce qu’il voit », Jacques le Mineur auteur de la lettre sur les écarts de langage ainsi que sur l’impossibilité du salut par la foi sans les œuvres. Thaddée, aussi appelé Jude, dont la lettre à l’Eglise universelle dénonce une fausse charité qui relativise tout sans rien dénoncer vraiment. Vient aussi Simon le Zélé, ou le Zélote, ardent et fougueux et enfin, Judas, l’Iscariote qui aimait trop l’argent et qui livra Jésus. Tous, sauf Judas, évangéliseront les différentes régions du monde habité et, aujourd’hui, nous récoltons les fruits de leur apostolat. Jésus, le soir de la dernière Cène, leur avait annoncé que leur mission serait difficile : ils ont été repoussés, trahis, persécutés. Mais ils ont tenu bon, ils ont traversé les épreuves et mené le bon combat, ils ont transmis ce qu’ils avaient reçu. Et, de nos jours encore, le vaisseau de l’Eglise, corps mystique du Christ, avance par gros temps, sous l’autorité du vicaire du Christ, successeur de Pierre.

3. Et cette évangélisation est toujours actuelle. Reconnaissons, comme nous le suggère le Pape, que chacun a une mission et que « ce n’est ni une partie de ma vie ni un ornement que je peux quitter, ni un appendice ni un moment de l’existence. (...) Je suis dans ce monde et je dois reconnaître que je suis comme marqué au feu par cette mission afin d’éclairer, de bénir, de vivifier, de soulager, de guérir, de libérer... ». (...) Il est indispensable que la Parole de Dieu « devienne toujours plus le cœur de toute activité ecclésiale ». Toute l’évangélisation est fondée sur la Parle de Dieu écoutée, méditée, vécue, célébrée et témoignée. La Sainte Écriture est source de l’évangélisation. Par conséquent, il faut se former continuellement à l’écoute de la Parole. L’Église n’évangélise pas si elle ne se laisse pas continuellement évangéliser. Et, comme modèle, nous avons Marie qui « sait reconnaître les empreintes de l’Esprit de Dieu aussi bien dans les grands événements que dans ceux qui apparaissent imperceptibles. Elle contemple le mystère de Dieu dans le monde, dans l’histoire et dans la vie quotidienne de chacun de nous et de tous. Elle est aussi bien la femme orante et laborieuse à Nazareth, que notre Notre-Dame de la promptitude, celle qui part de son village pour aider les autres « en hâte ».

Dialogue avec le Christ
Seigneur, tu veux que je comprenne que mon baptême m’ouvre à l’évangélisation que tu attends de moi. Tu es là, avec moi et en moi.

Résolution
Méditer et mettre en pratique la lettre de Saint Jacques avec sa conclusion : celui qui ramène un pécheur de son égarement sauvera son âme de la mort et couvrira une multitude de péchés.

http://mespassionsetmesamie.forumactif.com
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Aucun commentaire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum